Le livre, un outil de liberté ?

Le livre, un outil de liberté ?

mardi 1 janvier 2019

Chronique de la mort au bout de Léonel Houssam




















Éditeur : Léonel Houssam
Format : ebook
Parution : 01/06/2015
Nombre de pages : 150
Genre : littérature française

L'auteur :















Né en 1973 à Charleville-Mézières, Léonel Houssam vit en banlieue parisienne depuis 1984. Punk puis raver, ce dernier qui écrit depuis l'adolescence est l'auteur de fanzines et de plusieurs romans. Sous le pseudonyme d'Andy Vérol, il est l'auteur de biographies :  "Un noir désir : Bertrand Cantat" (Scali, 2008) ; "Noir désir : Le vent les portera" (Pylône Editions, 2009) ; "Manu Chao le Clandestino (Pimientos, 2009) et d'un roman "Les Derniers Cow-Boys français" (Pylône Editions, 2008).


Quatrième de couverture : 

Auteur de plusieurs romans et des biographies de Bertrand Cantat et de Manu Chao, ce nouvel opus noir de Léonel Houssam est une chute vertigineuse dans la psyché d'un tueur... 
L'histoire : le narrateur, un tueur, raconte sans filet, de façon sonique, son épopée meurtrière, sa vengeance flamboyante. Roman noir, très noir, à déconseiller à toutes les âmes sensibles...


Mon avis :


« N'y voyez rien de méchant. Ma franchise n'est pas faite pour choquer. Je suis désormais dans vous, dans quelques lieux de votre cerveau, installé dans vos souvenirs. C'est vous, et vous seuls qui me permettez la vie éternelle... Vous, votre viande et ce plaisir pervers à vous reproduire... Vous me lisez parce que je suis cette âme errante qui coure à la vitesse du diable dans le réseau, boosté à l’énergie, c'est votre existence au-delà de mon au-delà qui me préserve et m'offre éternité. »


C'est l'histoire d'un homme en déroute qui devient un meurtrier. Parce que la cruauté parentale, les sévices, le manque d'amour et de reconnaissance vont faire de cet individu un être sans âme et sans pitié. Celui que ses proches décrivent comme inoffensif et très propre sur lui
est en fait un individu gorgé d'une haine qui le dévore corps et âme depuis sa plus tendre enfance. Larbin de la municipalité et travailleur de l'ombre à la petite semaine, ce paroissien renfermé dans sa coquille et sans antécédents judiciaires connus, va déchaîner son acrimonie retenue depuis des lustres et marquer par sa violence extrême le village de "Val d'idiots". Véritable bombe à retardement, celui qui passe pour l’inoffensif raté du village va sortir l'artillerie lourde. Le crétin de service va montrer son vrai visage, celui d'un homme déterminé à aller jusqu'au au bout de sa mission vengeresse ! Poser des explosifs en vue de dégommer la vermine que sont un ministre en visite, le maire, ses élus ainsi que sa déplorable épouse ne font-ils pas partie d'un challenge à gagner pour ce désabusé de la vie ? Nourri dès le berceau au lait de la perversité, cet amateur de pornographie et de violence, ce monstre assoiffé de sang sorti des entrailles de l'enfer n'aura de cesse de mettre en action son projet explosif et mortel...

"Chronique de la mort au bout" est l'un des livres les plus violents que j'ai pu lire avec le terrifiant et sanguinolent "American psycho" de Bret Easton Ellis, qui regorge de scènes de tortures et de crimes à vous glacer le sang. La comparaison s'arrête là, car le dévoyé personnage de ce carnage littéraire n'a rien à voir avec un Golden Boy des années 80 en manque de sensations extrêmes !
Narré à la première personne, ce récit nous immerge à  l'intérieur d'un cerveau malade ou se mêle passé et présent, fantasme et réalité. 
"Chronique de la mort au bout" est un OLNI sombre, ultra-violent et terrifiant à ne pas mettre entre toutes les mains... Vous voilà prévenus !




Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire