Le livre, un outil de liberté ?

Le livre, un outil de liberté ?

mardi 31 juillet 2012

Criminal Loft d'Armelle Carbonel


Éditeur : The Book Edition
Parution : 01/2011
Nombre de pages : 408
Genre : Thriller

L'auteure :




















Armelle Carbonel est née à Paris en 1975 et travaille actuellement dans le domaine de l'infrastructure pour le Ministère de la défense. Elle est également l'auteure des romans  "Les Marais funèbres" et "La Maison de l'ombre" parus en 2009.

Quatrième de couverture :

Etats-unis. Kentucky.
Sanatorium de Waverly Hills.


Ils sont huit.


Six hommes, deux femmes, condamnés à la peine capitale et sélectionnés pour participer au reality show le plus brûlant qui ait jamais existé : « CRIMINAL LOFT » !
Chaque semaine, les votes du public élimineront un candidat afin qu’il reprenne sa place dans le couloir de la mort.
Un seul d’entre eux recouvrera la liberté…
Mais lorsque huit dangereux criminels se retrouvent prisonniers du lieu dit « le plus hanté des Etats-Unis », l’aventure tourne au cauchemar...
Quelles terribles épreuves leur réservent les créateurs du loft ?
Jusqu’où iront-ils pour prouver qu’ils méritent de vivre ?
A vous de juger…

Mon avis :


« L'opposé du jeu n'est pas le sérieux mais la réalité. » dénonçait Sigmund Freud. Celui-ci envisageait le côté fictionnel du jeu comme une menace potentielle envers la société et les individus. Dans son roman "Criminal loft", l'auteure nous plonge dans les coulisses effrayantes d'un "reality show" où les barrières entre le jeu et la réalité ne sont plus définies, des arènes où des criminels déviants promis à la peine capitale et difficilement contrôlables font face à des spectateurs avides de scandales, d'images chocs, de violence et de sensations fortes !

2011, John T, un redoutable tueur en série avec 24 crimes de femmes à son actif, nous narre son aventure au sein d'un reality show auquel il vient de participer.
Les lieux : Waverly Hills, un ancien sanatorium désaffecté que l'on dit hanté, situé à Louisville, dans l'état du Kentucky.
Le gain promis par les organisateurs du show à sensation :  la vie pour celui qui ressortira vainqueur de ce cloaque.
Les 8 participants en lice sont deux femmes et six hommes, des pervers et des psychopathes qui sont tous auteurs de crimes particulièrement violents, purgeant leur peine dans les couloirs de la mort, en attente de leur prochaine exécution.
Dès lors, ces criminels dangereux, lâchés dans un univers clos et particulièrement morbide, pratiquement livrés à eux-mêmes, vont se lancer dans une compétition âpre et sans merci. Entre cette meute de loups assoiffés de sang, aux pulsions meurtrières difficilement contrôlables et qui ne possèdent ni scrupules ni barrières morales, le jeu va tourner au drame sanglant car ils sont prêts à toutes les bassesses pour regagner leur liberté...

Avec "Criminal loft" Armelle Carbonel nous livre un thriller riche en rebondissements et en sensations fortes. Ponctué de pièges et de chausse-trappes, l'auteure nous égare sur de fausses pistes pour mieux nous captiver et nous surprendre à l'issue de ce jeu cathodique et mortel. Ce roman sans temps morts,  dense et qui court sur plus de quatre cents pages m'a tenue en haleine de bout en bout, j'avoue d'ailleurs l'avoir refermé avec une pointe de regret !

 Un extrait :

"Ma première impression en franchissant la double porte de bois du sanatorium est de sentir un étau se resserrer à chacun de mes pas. Je quitte une cellule de six mètres carrés pour un monde de noirceur, représenté par de longs couloirs noyés dans l'obscurité.
Tandis que le maton obèse nous intime l'ordre d'avancer en file indienne - je suis le dernier de cette clinquante procession -, je me remémore tous les espoirs que j'ai nourris avant d'entrer dans ce loft. Rien que ce mot évoque dans mon esprit l'espace et le confort, mais ma désillusion s'accentue en traversant un boyau sombre à l'odeur pestilentielle. Tout semble savamment orchestré pour ajouter une note particulièrement sinistre à notre purgatoire.
Nos chaînes cliquettent sur le carrelage en soulevant des nuages de poussière. J'imagine aisément ce qu'a été cet endroit hanté de souffrances au début du siècle. La lumière du jour a dû éclabousser le sol depuis les hautes fenêtres, aujourd'hui recouvertes de crasse et partiellement brisées. En me concentrant d'avantage, mon imagination aurait pu produire des images très réalistes de formes humaines en train de déambuler comme des spectres, toussant et crachant jusqu'à se tordre de douleur, sous le regard impassible des infirmières coiffées de blanc."

Interview de l'auteure à la sortie du livre :


Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire