Le livre, un outil de liberté ?

Le livre, un outil de liberté ?

dimanche 10 février 2019

L'Africain du Groenland de Tété-Michel Kpomassie




















Éditeur : Arthaud
Parution : 17/03/2015
Nombre de pages : 434
Genre : document

L'auteur : 




















Tété-Michel Kpomassie est né en 1941 au Togo. Après un périple de huit ans, il rejoint le Groenland où il vivra en immersion pendant deux ans.

Quatrième de couverture :


"Quand j'ai débarqué, tous croyaient avoir vu le diable. J'étais le premier Africain qu'ils voyaient de leur vie." Né en 1941 dans une famille traditionnelle togolaise, Tété-Michel Kpomassie est destiné à 16 ans à servir le culte du python après avoir réchappé à un accident causé par ce serpent. Effrayé par cette perspective, il est saisi d'une fulgurance singulière à la lecture d'un livre sur le Groenland. Il se découvre, lui, l'homme de la forêt tropicale, de profondes affinités avec ces hommes du Grand Nord. Passionné par cette région et par le mode de vie de ses habitants, il fuit son village et entame une odyssée improbable qui le conduira huit ans plus tard au Groenland. Froid, neige, obscurité ou soleil de minuit, rien ne le décourage. Accueilli par les Inuits, Tété-Michel Kpomassie découvre une société traditionnelle, vivant de la pêche et de la chasse, mais aussi une société fragilisée, dépendante et de plus en plus individualiste, conséquences de la colonisation danoise.

Mon avis : 


"Fut-ce l'éloge de leur hospitalité qui déclencha en moi l'aventure, ou la peur de retourner dans la forêt sacrée ? Je ne m'en souviens guère. Peu après ma lecture, un son, un mot se mit à résonner en moi jusqu'à emplir tout mon être. Ce son, ce mot, c'était le Groenland. Au moins dans ce pays glacial, il n'y aurait pas de serpents ! "


Suite à un terrible face à face avec un python dans la jungle togolaise qui a failli le laisser pour mort, Tété-Michel doit "prendre la brousse" afin de devenir un prêtre dédié au culte du serpent. La lecture d'un livre sur le Groenland va contrarier cette vocation et entraîner la fugue de l'adolescent de 16 ans qui mettra 8 ans à rejoindre l’île la moins densément peuplée du monde. Afin de financer son périple, ce téméraire, intelligent et courageux voyageur enchaînera divers jobs (traducteur, plongeur, magasinier...) et rencontrera à Paris celui qui deviendra son "père de cœur" et l'aidera à concrétiser son rêve. 
Dès son arrivée au Cap Farvel (extrémité méridionale du Groenland), celui que les autochtones vont surnommer "Mikili le géant" (il mesure 1,80 m alors que la majorité de la population ne dépasse pas 1,60 m) est émerveillé par la vue des petites maisons colorées disséminées au milieu de la toundra. Tété-Michel est immédiatement adopté par les autochtones qui du Sud au Nord de l'île, feront preuve d'un d'un grand sens de l'hospitalité à son égard pendant les deux années que durera son expédition polaire. 
De la brousse au désert de glace, du climat tropical à la nuit polaire, des serpents aux chiens de traîneaux, des plats épicés aux aliments crus trempés dans la graisse de phoque, du pagne à l'anorak... cet explorateur hors du commun embarque son lecteur dans un récit riche en péripéties. Couleurs, saveurs et sensations sont richement décrites, mêlant anecdotes cocasses, émouvantes et parfois tragiques (comme la mort de ce bébé de trois mois, écrasé sous le poids de ses parents qui étaient ivres morts). Car malheureusement, Tété-Michel Kpomassie va très vite entrevoir une réalité plus sombre et fort éloignée  de l'image idyllique du Groenland qu'il s'était construit dans son imaginaire. Ce dernier va découvrir un peuple en rupture avec son mode de vie traditionnel, en proie à d'écrasantes difficultés identitaires et sociales...

Ce témoignage (récemment réédité chez Arthaud) avait rencontré un vif succès lors de sa première parution dans les années 1980 et remporté le "Prix littéraire francophone international" (1981). Épique et haut en couleurs, ce récit de voyage qui se déroule à la fin des années 60 est effarant de modernité. L'auteur fait également un parallèle très intéressant entre les croyances, rituels et pratiques esquimaudes et celles du Togo : " [...] les incantations qui emplissent la savane devant le lion agonisant et le pieux recueillement des femmes accroupies à l'intérieur de l'igloo montrent assez que le chasseur africain et son lointain confrère esquimau adoptent un même comportement psychique face au gibier."
Si vous cherchez une lecture enrichissante, dépaysante et sortant des sentiers battus, je vous conseille ce passionnant ouvrage de Tété-Michel Kpomassie !



Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire