Le livre, un outil de liberté ?

Le livre, un outil de liberté ?

samedi 5 décembre 2015

Ce qu'il reste d'Alice de T.R RICHMOND






















Editeur : Calman-Levy
Parution : 29/04/2015
Nombre de pages : 413
Traduction : Pascal Loubet
Genre : Thriller

L'auteur : 

   



















T.R. Richmond est un journaliste plusieurs fois récompensé, qui a collaboré à des journaux, magazines et sites Web. Ce qu’il reste d’Alice est son premier roman.


Quatrième de couverture : 


Alice Salmon, vingt-cinq ans et promise à un bel avenir, retourne dans sa ville universitaire pour y passer une soirée entre amies. Au petit matin, son corps est découvert sous un pont, balayé par la rivière. Est-ce un suicide, un accident ou un meurtre ? Les médias s’emparent de l’affaire, créant une véritable onde de choc.
Le professeur Jeremy Cooke, proche de la retraite, se lance alors dans un ultime projet de recherche : reconstituer la vie d’Alice, son ancienne élève, pour élucider sa fin si tragique. Il fouille dans toutes les traces qu’elle a laissées : Facebook, Twitter, Spotify, forums, blogs, journaux intimes, lettres. Pièce par pièce, Alice apparaît tel un puzzle mystérieux, parfois très sombre. Et bientôt, entre ses lignes, des vérités choquantes font surface…
Ce qu’il reste d’Alice est un thriller psychologique à la construction unique. Jamais nos nouveaux outils de communication ne seront apparus si menaçants. À une heure où la distinction entre vie réelle et vie digitale est de plus en plus floue, que reste-t-il vraiment de nous après la mort ?


Mon avis : 


"Vingt-cinq, c'était son âge, la malheureuse et merveilleuse petite, quand elle a fini dans l'eau.
C'est pervers comme tout le monde ne s'intéresse à vous qu'une fois que vous avez disparu, mais il en a toujours été ainsi. (extrait de l'article dans Anthropologie à la mode, août 2013)"
Cinq février 2012, Alice Salmon, une jeune journaliste, est retrouvée noyée dans un canal de Southampton. Elle aurait basculé d'un pont à l'issue d'un week-end festif trop arrosé. La police ouvre une enquête pour déterminer les causes de sa mort.
Qui était Alice ? Que s'est-il réellement passé ce jour-là ?
Tout le monde y va de ses conjectures : assassinat ou suicide pour les uns et accident pour d'autres, son décès va mettre la toile en ébullition : tweets, page d'hommage sur Facebook, révélations inédites de sa meilleure amie via son blog... Les moindres parcelles de la courte vie d'Alice sont lancées en pâture sur le Web mêlant témoignages de proches et fausses rumeurs.
Le professeur Jeremy Cooke, anthropologue et ancien professeur de la jeune femme s'empare de cette fièvre et décide de rédiger un ouvrage sur la vie et les derniers jours d'Alice, espérant secrètement sortir de l'ombre et quitter son bureau poussiéreux pour les sentiers de la gloire. Mais, à force d'indiscrétions et à trop vouloir fouiner dans le passé d'autrui, on peut parfois remuer sa propre boue et faire remonter de vieilles histoires préjudiciables qu'il aurait été préférable de laisser à la consigne des souvenirs oubliés !

Voilà un curieux roman dont l'intérêt réside surtout dans l'originalité de sa construction. Véritable puzzle mêlant les différentes époques de la vie de la jeune femme à des protagonistes issus de tous horizons (qui n'ont pas forcément connu Alice), ce roman est construit sous la forme de pièces d'archives que l'on pourrait tout aussi bien consulter dans le désordre : extraits de journaux intimes, de SMS, d'échanges épistolaires, de tweets, de discussions sur des forums, d'E-mail, d'extraits de transcriptions d'interrogatoires de police... L'auteur laissant ainsi le choix à son lecteur de découvrir l'ouvrage comme bon lui semble !
Ce roman soulève également un questionnement sur l'importance croissante et parfois vampirisante des réseaux sociaux dans nos sociétés actuelles et sonne un peu comme une mise en garde : "Attention, soyez vigilants car tout ce que vous publiez sur la toile reste en mémoire et pourrait peut-être un jour vous porter préjudice !


Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire