Le livre, un outil de liberté ?

Le livre, un outil de liberté ?

dimanche 31 janvier 2016

Le syndrome du pire de Christoffer Carlsson





















Éditeur : Ombres noires
Parution : 11/03/2015
Traduction : Carine Bruy
Nombre de pages : 345
Genre : littérature suédoise/thriller

L'auteur :






















Christoffer Carlsson est né en 1986. Titulaire d'un doctorat en criminologie, il enseigne cette discipline. En 2012, l'European Society of Criminology lui a décerné le Young Criminologist Award pour son travail de recherche sur la rédemption des anciens criminels. Le Syndrome du pire a été élu roman policier de l'année par l'Académie des auteurs de romans policiers suédois.


Quatrième de couverture : 


Stockholm, fin de l'été 2013. Une jeune droguée, Rebecca Salomonsson, est abattue dans un foyer pour femmes. Trois étages plus haut, dans son appartement, Leo Junker est réveillé par les lumières des voitures de police. Flic, il travaille aux affaires internes, la division la plus mal vue, celle des "rats" qui enquêtent sur leurs collègues. Suspendu depuis "L'affaire Gotland", au cours de laquelle il a commis une erreur qui a coûté la vie à un policier, rongé par la culpabilité, Leo s'étiole dans son nouveau job. Alcool, errances nocturnes, sa vie ressemble à un lent naufrage. Mais, dans le meurtre Salomonsson un indice le frappe particulièrement, qui fait ressurgir à sa mémoire des personnages troubles de son adolescence: Julia et John Grimberg. De plus, des messages énigmatiques arrivent à son portable. Et pourquoi a-t-il le sentiment diffus d'être suivi? Quand la réalité se délite, à quoi peut-on s'attendre, sinon au pire? 



Mon avis : 


"Je traîne devant ta porte, comme je le faisais il y a un paquet d'années. Sauf que ce n'est pas ta porte, tu n'es pas ici. Tu n'es plus ici depuis longtemps. Je le sais parce que je te suis. Je suis seul ici. Et je ne suis même pas réellement ici. Tu ne me connais pas. Personne ne me connaît. Plus maintenant. Personne ne sait qui je suis. Tu sens que quelque chose cloche, que quelque chose est sur le point de se produire."
Leo Junker, enquêteur aux affaires internes qui  vient d'être mis au placard suite à une vilaine bavure, sent une menace planer au-dessus de sa tête. Réelle ou fictive ? Avec son cerveau embrumé par les comprimés qu'il fait descendre en s'aidant de gorgées d’absinthe, ce dernier a bien du mal à chasser les idées noires qui le poursuivent sans lui laisser de trêve. Quand une junkie se retrouve assassinée dans son immeuble, notre flic ne peut s'empêcher de mener son enquête personnelle, malgré l'interdiction de sa hiérarchie qui lui conseille de faire profil bas s'il veut se sortir de l'ornière. Une quête qui va le mener sur les traces de son passé, ravivant des souvenirs pas toujours roses, ceux d'un ado issu d'un quartier sensible de Stockholm qui ne pouvait finir que flic ou voyou...


Chez Christoffer Carlsson, le noir domine bel et bien, même si l'auteur nous ménage quelques instants de répit qui nous permettent de reprendre notre souffle entre deux confessions livrées par analepse. L'intrigue, qui va crescendo, finit par nous immerger dans un univers si oppressant que l'on se retrouve presque au bord de l’asphyxie. "Le syndrome du pire" est un roman qui vous prend aux tripes. Une lecture addictive et terriblement crédible, de celles qui vous laissent au bord de la nausée par moments. 
Les amateurs de romans noirs seront comblés. Pour les autres, attention à la gueule de bois !



Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire