Le livre, un outil de liberté ?

Le livre, un outil de liberté ?

dimanche 5 août 2018

Un détail troublant de Denis Tellier




















Éditeur : éditions Grand M
Parution : 01/06/2018 
Nombre de pages : 126
Genre : littérature française

L'auteur :












Écrivain, peintre et sculpteur, Denis Tellier est né à Paris en 1949. Il est également l'auteur du roman "Adrien de la vallée de Thurroch" (2012) qui a rencontré un vif succès.

Quatrième de couverture :


Six ans après Adrien de la vallée de Thurroch, Denis Tellier nous livre un recueil de textes courts, écrits à vif, amplifiés par son irrévérence poétique singulière. Ils soulignent, à l'emporte-pièce, la tragicomédie des scènes de la vraie vie. Une signature particulière, si mystérieusement affûtée qu'elle provoque une résonnance profonde, universelle et intemporelle - troublante...

Mon avis :

Après avoir flirté avec le succès avec son roman Adrien de la vallée de Thurroch qui décrivait les affres d'un poilu revenu traumatisé de la Grande Guerre, l'auteur renoue avec sa plume pour nous livrer un recueil de courts textes, aussi troublants que poétiques. Dans la même mouvance que les irrévérencieuses "microfictions" de Régis Jauffret, l'écrivain nous livre de courts récits tour à tour cyniques, lyriques ou nostalgiques, dosant habilement humour, tendresse, dérision et parfois férocité. Prestidigitateur des mots, Denis Tellier nous brosse d'elliptiques tranches de vie saisies sur le vif que le lecteur pourra déguster d'une traite ou prendre le temps de savourer en picorant une micro-nouvelle au gré de ses envies et de son appétit de lecteur. De la campagne à la ville, du temps jadis ou d'aujourd'hui, chaque instantané de vie ne peut manquer de parler à celui qui fait une incursion dans la prose troublante et singulière de Denis Tellier...
Je vous laisse découvrir quelques morceaux choisis afin de vous faire découvrir l'univers sensible et atypique de cet auteur : 

Sans voix

Sur la scène, le mime cherchait des synonymes avec ses doigts. 
Hésitant !
Il eut soudain envie de vomir les restes d'un pourparlers qu'il ne déglutissait pas.

Faute d’inattention

Hier après-midi, il avait tué une autruche en la photographiant dans le zoo là-bas en descendant. 
Son ami depuis toujours lui avait dit :
- Tu as quoi comme boitier ?
- Bah ; j'ai un petit boitier « canon »
- Tu ne mets pas de « C » majuscule à ton « canon » 
- Non, pourquoi ?
- Ne cherche pas, ça doit être ça !

L'humanité

Je sais
Tu sais
Il sait
Nous savons
Vous savez
Ils oublient



Merci à Denis Tellier pour cette belle promenade littéraire.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire