Le livre, un outil de liberté ?

Le livre, un outil de liberté ?

samedi 10 février 2018

Nage libre de Boris Bergmann




















Éditeur : Calmann-Levy
Parution : 03/01/2018
Nombre de pages : 306
Genre : littérature française

L'auteur :














Né à Paris en 1992, Boris Bergmann est récompensé par le Prix de Flore du Lycéen en 2007 alors qu'il a seulement 15 ans, pour son premier roman Viens là que je te tue ma belle (Éditions Scali). Une récompense qui fut créée spécialement pour lui par Frédéric Beigbeder et le jury du Flore. En janvier 2010, il publie son second roman, 1 000 Mensonges (Editions Denoël). Son troisième roman Déserteur sort en août 2016 (Éditions Calmann-Lévy) .

Quatrième de couverture : 


Du haut de son HLM parisien, l’horizon d’Issa se resserre: il vient de rater son bac et n’a pas le moindre projet d’avenir. Par chance, son ami Élie lui propose de le former pour devenir maître-nageur – excellent prétexte pour passer l’été ensemble. Mais Issa garde d’épouvantables souvenirs d’enfance de la piscine.
Il se prête néanmoins au jeu, se faisant violence chaque jour pour dompter le bassin. Sous l’eau, l’enjeu sportif se mue bientôt en un vaste éveil des sens où chaque corps déclenche son désir d’adulte. Plus que le crawl, la conquête de l’autre devient l’obsession d’Issa. Mais la «zone» dans laquelle il vit le laissera-t-elle ainsi s’abandonner ? Et, surtout, sera-t-il là pour Élie quand il aura à son tour besoin d’un ami ? De son style nerveux et acéré, Boris Bergmann dresse le portrait d’une jeunesse qui se débat pour être libre, signant ici un roman d’une grande sensibilité.

Mon avis :


« Elie et Issa sont citoyens de la Zone. Dernier îlot populaire d'un Paris désormais trop cher pour les gens nés dans le tiroir du bas. Dernière petite tache de pourriture sur la carte de la capitale, en haut à droite. Même lavée, standardisée, sécurisée, embourgeoisée, starbuckisée, la ville se doit de conserver quelques bactéries dans son estomac. »

Que faire comme projets d'avenir quand on vient de rater son bac et que l'on ne fait pas partie des nantis de la République ? 
Issa, musulman d'origine malienne qui a grandi dans la "zone", a été élevé par une mère célibataire cabossée par la vie qui a du mal à joindre les deux bouts en faisant des ménages. Mal dans ses baskets et classé dans la catégorie des asociaux par ses professeurs, Issa n'a qu'Elie pour ami. Nullement mieux loti que son camarade, Elie subit les brutalités de son beau-père, un juif ultra-orthodoxe qui s'avère être un tyran domestique  d'une  grande violence. Cachant sa souffrance derrière une assurance feinte, le jeune homme protège du mieux qu'il peut son ami Issa qui est le souffre-douleur des petits caïds de la cité. 
Désœuvrés et fauchés en cet été qui s'annonce particulièrement morose malgré le beau temps, Elie décide d'initier son ami aux joies de la natation. Au départ très réticent, Issa va bientôt surmonter son malaise initial et partager l'engouement de son ami pour la nage. Un sport qui va lui apprendre à maîtriser un corps dont il a honte et l’amener progressivement à apprécier la présence des autres ainsi qu'à vivre ses premières expériences amoureuses. 
Pourtant, tapie dans l'ombre, une menace plane sur les deux amis. 
Issa pourra-t-il échapper à l'emprise délétère de la "zone" et sauver son ami Elie d'un péril imminent ?

Poignant roman d'apprentissage célébrant l'amitié et la liberté, Nage libre nous entraîne dans l'univers abrupt des quartiers de relégation où la délicatesse et la poésie n'ont pas le droit de cité. 
De sa plume aussi caressante que percutante, Boris Bergmann distille un superbe souffle poétique à ce récit. En chapitres courts et rythmés, l'auteur brosse un portrait saisissant d'une jeunesse désabusée et en mal de repères qui cherche désespérément à sortir la tête hors de l'eau. 
Si je devais résumer ce roman en une seule phrase, je dirais que c'est une bouleversante plongée en apnée dans les territoires secrets d'une amitié qu'aucune barrière ne peut briser. 
Alors si le voyage vous tente, n'hésitez pas à vous immerger dans ce beau récit teinté d'espoir ! 




Merci à Babelio et aux éditions Calmann-Levy.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire