Le livre, un outil de liberté ?

Le livre, un outil de liberté ?

samedi 10 octobre 2015

La fille du train de Paula Hawkins






















Éditeur : Sonatine
Parution : 07/05/2015
Traduction : Corinne Daniellot
Genre : thriller 

L'auteure :















Née au Zimbabwe, Paula Hawkins a vécu en France et en Belgique. Journaliste, elle vit à Londres depuis 1989.

Quatrième de couverture : 

Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour : le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 le soir. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d'un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par coeur, elle a même donné un nom à ses occupants, qu'elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu'elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel et son mari ont pu l'être par le passé, avant qu'il la trompe, avant qu'il la quitte. Rien d'exceptionnel, non, juste un couple qui s'aime. Jusqu'à ce matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d'en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c'est avec stupeur qu'elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu...


Numéro un des ventes en Angleterre et aux États-Unis, critique unanime, droits d'adaptation achetés par Steven Spielberg : ce premier roman est LA révélation de l'année.

Mon avis :


Blackout : perte momentanée de mémoire ou de conscience après avoir consommé un produit psychotrope, alcool ou drogue*. Mais que s'est-il donc passé en ce samedi treize juillet 2013 ? Rachel se réveille avec une gueule de bois monumentale, se trouvant dans l'incapacité de réunir ses souvenirs fragmentés... Quand les journaux du soir annoncent la disparition de Megan, Rachel s'affole. Était-elle simple spectatrice ou a-t-elle joué un rôle dans la disparition de cette dernière ? 
Rachel, alcoolique esseulée à la la trentaine triste, prend le train deux fois par jour. Bercée par le bruit du rail, elle vit au rythme et à l'heure du train, laissant divaguer ses pensées dans un monde imaginaire qui lui masque la réalité d'une vie trop vide et douloureuse. Mais quand son train déraille, la voilà face à une réalité difficile à appréhender !

L'auteure nous entraîne dans un suspens à vitesse grand V. Tel un TGV filant sur les rails, on ne peut se déconnecter de cette machinerie bien huilée. Jour/nuit, nuit/jour... Clic-clac, nous voilà happés par le carnet de bord de trois femmes que tout sépare... et que pourtant tout rapproche ! Mais chuttt...! Laissons le suspens entier, je me désolerais de déflorer une intrigue si bien ficelée !!! Densité des personnages, finesse psychologique, chausse- trappes et rebondissements... Telle l'araignée qui tisse sa toile, l'auteure nous piège dans une lecture addictive qui nous laisse à bout de souffle quand on arrive à quai !

Après la disparition de  P. D. James, Ruth Rendell et dernièrement Henning Mankell, voilà une nouvelle venue pleine de promesses dans le monde endeuillé du polar. Vous avez envie de voyager ? Voilà un convoi qui tient la distance et qui va bon train !


* Wikipédia


Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire